GUE/NGL
News

Mutilations génitales

(AE) FEMMES: mutilations génitales, les députés demandent une directive

Bruxelles, 06/02/2014 (Agence Europe) – À l'occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines (MGF), jeudi 6 février, les députés européens ont demandé une directive européenne pour lutter contre ces pratiques dans le monde et dans l'UE, où 500 000 femmes en seraient aussi victimes.

Ils ont adopté une résolution par 274 voix pour, 240 contre et 15 abstentions, exigeant de la Commission européenne un cadre législatif le plus rapidement possible pour prévenir toutes les violences à l'encontre des femmes, dont les mutilations génitales, ainsi que de nouveaux plans d'action communs pour éradiquer ces pratiques. Les députés européens suggèrent aussi que 2016 soit désignée comme Année européenne pour l'éradication de la violence à l'égard des femmes et des filles.

À l'occasion de la Journée internationale contre les MGF, les eurodéputés ont aussi tenu un débat avec la Commission pour lui demander directement quelles étaient ses intentions face à cette problématique ayant cours au moins dans 13 pays européens. L'auteur de la résolution, Inês Cristina Zuber (GUE, portugaise), a fait valoir qu'une directive à ce sujet « constituerait un progrès » alors que 340 millions de femmes dans le monde courent le risque d'être exposées à ces violations des droits de l'homme. Elle a demandé des objectifs concrets et des engagements politiques précis pour éradiquer les MGF, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle et mettre l'accent sur la protection des droits sexuels et génétiques de toutes les femmes.

Pour la Commission, Stefan Füle, commissaire européen à l'Élargissement, présent à Strasbourg, a rappelé qu'un engagement politique fort avait été pris sous forme d'un plan d'action adopté en novembre dernier à ce sujet (sur base d'une précédente résolution du Parlement). Cet engagement se traduit dans diverses politiques associées dans l'UE mais aussi dans les programmes menés à l'étranger, a-t-il indiqué, ajoutant que des campagnes de sensibilisation régionales seraient menées en 2014 dans des pays tiers.

La commissaire européenne aux Droits fondamentaux, Viviane Reding, a pour sa part rappelé que l'UE combattrait les MGF 365 jours par an et pas seulement lors de la Journée internationale. Elle appelle pour cela à travailler ensemble pour reléguer les mutilations génitales dans le passé. « Nous ne pouvons le faire seuls, nous devons le faire avec les États membres, les Nations unies, les ONF et avec les communautés affectées ». Elle espère dès lors que le Conseil soutiendra aussi son plan d'action pour la tolérance zéro à l'égard de ces pratiques. (MD)