GUE/NGL
News

MEP protesting at EU Court of Human Rights in support of Syrian family denied humanitarian visas

:: English version :: Version française ci-dessous ::

Tomorrow morning MEP Marie-Christine Vergiat will join humanitarian NGOs in an action outside the European Court of Human Rights in support of a Syrian family that was denied humanitarian visas by the Belgian state.

The family, who managed to escape bombs and gunfire in Aleppo, had applied for humanitarian visas at the Belgian Embassy in Beirut.

When the Belgian state rejected their application, the family appealed their case with Belgian authorities and won. Despite this, the Belgian state still refused to grant the visas, claiming that it was not obliged to deliver humanitarian visas to people who apply from outside of their own country.

While Belgian law does not provide clear criteria for the granting of humanitarian visas, the Belgian state is obliged to follow international law and respect the needs of asylum seekers.

Thus, the family’s case will be heard in the European Court of Human Rights tomorrow.

MEP Marie-Christine Vergiat, who will attend the protest on behalf of GUE/NGL, comments:

“This court case and the situation of the family is emblematic of many others that are very similar.”

“Ninety per cent of the people to whom the Member States have granted international protection in recent years have arrived irregularly, most often crossing the Mediterranean at the risk of their own lives,” Vergiat explains.

Recently, the European Parliament proposed that humanitarian visas be added to the new EU visa code, but this was rejected by the European Commission and Council during the negotiations. The Parliament then called on the Commission to find a new approach to humanitarian visas, yet this was also refused.

If the Parliament’s proposal had been adopted, the process of applying for a humanitarian visa could have been made significantly easier for people like the Syrian family whose case will be heard in the Court tomorrow.

Vergiat describes this policy outcome as “regrettable” stating that “the mere issuing of visas in an embassy could have prevented many dramas without affecting the sacrosanct powers of the Member States.”

The protest action will take place:

Wednesday April 24, 9.00am – midnight

Outside the European Court of Human Rights, Allée des Droits de l’Homme, 67000 Strasbourg, France

 

:: Version française ::

Une Eurodéputée va protester demain à la Cour européenne des droits humains en soutien à l’affaire d’une famille syrienne

Demain matin, l’Eurodéputée Marie-Christine Vergiat rejoindra les ONGs humanitaires pour une manifestation devant la Cour européenne des droits de l’Homme en soutien à une famille syrienne à laquelle des visas humanitaires ont été refusés par l’État belge.

La famille, qui a échappé aux bombes et aux fusillades à Alep, a fait la demande pour des visas humanitaires a l’ambassade belge à Beyrouth.

Quand l’État belge a rejeté leur demande, la famille a fait appel de leur cas aux autorités belges et a gagné son procès. Malgré cela, l’État belge a encore refusé de leur accorder les visas, prétextant en cela que ce n’est pas nécessaire de délivrer des visas humanitaires aux personnes qui font la demande en dehors leur pays d’origine.

La loi belge ne fournit pas des critères clairs pour la livraison de visas humanitaires. Cependant, l’État belge est obligé de respecter la loi internationale et répondre aux besoins des demandeurs d’asile.

Ainsi, l’affaire de la famille syrienne sera entendue par la Cour européenne des droits de l’Homme demain.

L’Eurodéputée Marie-Christine Vergiat qui sera là-bas en soutien à la famille au nom du groupe GUE/NGL, a fait les commentaires suivants :

« Cette affaire et la situation de la famille est emblématique de beaucoup d’autres qui sont très similaires. »

« Quatre-vingt dix pour cent des personnes à qui les États membres ont accordé une protection internationale ces dernières années sont arrivées de façon irrégulière, le plus souvent en traversant la Méditerranée au risque de leur vie », explique Vergiat.

Récemment, le Parlement européen a proposé d’ajouter des visas humanitaires au nouveau code des visas de l’UE, mais la proposition a été rejetée par la Commission européenne et le Conseil européen au cours des négociations. Le Parlement a ensuite invité la Commission à trouver une nouvelle approche en matière de visas humanitaires, ce qui a également été refusé.

Si la proposition du Parlement avait été adoptée, le processus de demande de visa humanitaire aurait pu être rendu plus facile pour des personnes comme cette famille syrienne dont l’affaire sera entendue demain par la Cour.

Vergiat décrit ce résultat de politique comme « regrettable », en affirmant que « la simple délivrance de visas dans une ambassade aurait pu empêcher nombre de drames sans toucher aux sacro-saintes compétences des États membres ».

 

La manifestation aura lieu :

Mércredi Avril 24, de 9h00 à minuit

Devant la Cour européenne des droits de l’Homme, Allée des Droits de l’Homme, 67000 Strasbourg, France