GUE/NGL
News

Erdoğans AKP wins parliamentary elections with dubious support - HDP claims new counting of votes

10,7 percent of the votes is a success given the circumstances of the election campaign. The period since the early election was called has been marked by increased polarization, politically motivated violence and the limitation of freedom of speech and the unequal access to the media.

The victory of the AKP party shows that the strategy of intimidation and criminalization of the opposition worked. At the same time, they were helped by the EU's shameful efforts to make a so-called refugee deal with Turkey and the visit by Merkel the week before the election.
Now President Erdoğan and AKP must return to the negotiating table. The Kurdish question needs to be resolved to ensure peace and democracy in Turkey.

MEPs Martina Michels, Marie-Christine Vergiat, Takis Hadjigeorgiou and Josu Juaristi observed the elections in the Sur district of Diyarbakır on behalf of the GUE/NGL.  

The general impression of the election proceedings is that they were mainly peaceful, but took place in the shadow of the intimidation of heavily armed police, which was present at the large majority of polling stations visited by the delegation. 

„The security forces demanded our video and photo-material from my Basque Colleague Josu Juaristi and me. But we insisted that they do not have the right to take our material and that they are not eligible to safeguard the elections in this way and that their behaviour is inadmissible. In the end we kept our material,“ reported Martina Michels.  

“I regret that I was denied access to a polling station by the police, which claimed that only Turkish citizens could enter, and that the police was present inside many polling stations. Some people told us that they did not go to vote because of the presence of the anti-terror police. We observed these signs of election fraud and support HDP's call for a re-count” stated Marie-Christine Vergiat. 

Takis Hadjigeorgiou said, „The electoral result in Turkey is falsified by the fear of the Turkish citizens concerning the instability and bloodshed that had prevailed in recent months. President Erdoğan is now called to manage a divisive and toxic situation, a situation that unfortunately he contributed in its creation! I do not believe that Turkey has a real future without solving the Kurdish issue! And I do not know if Mr. Erdoğan will find the courage to move in the direction for necessary compromises! If he does, he will collide with the nationalism he nurtured, if he does not, the country will experience a new era of bloodshed! One phrase for Cyprus! The electoral result removes power from the hands of Mr. Anastasiades and Mr. Akinci. More correctly, it adds upon their shoulders the need for increased accountability.” 

Josu Juaristi commented, “The Special Forces of the Turkish Police were outside and even inside the polling stations. The same Special Forces that were attacking and killing Kurdish people a few weeks ago. I mean, intimidation and provocation against the Kurdish people is what I have seen on the Election Day in the old district of Diyarbakir. You cannot vote in a free and democratic way under these conditions. Is this what the Member States of the European Union want for Turkey and Kurdistan when they support Erdoğan? Seriously? Now more than ever, the people in the Kurdish regions need our solidarity and commitment.” 

 

————————————————————————————————————-

 

L’AKP d'Erdogan remporte les élections législatives avec un soutien douteux – le HDP demande un nouveau décompte des voix

 
Le groupe GUE / NGL du Parlement Européen félicite le parti pro-kurde HDP pour son résultat aux élections parlementaires turques d'hier.  

 
10,7 pour cent des voix représente un succès, compte-tenu des circonstances de la campagne électorale. La période depuis que les élections anticipées ont été déclenchées a été marquée par une polarisation accrue, une violence politique  et la limitation de la liberté d'expression ainsi que l'accès inégal aux médias. 

  La victoire de l'AKP montre que la stratégie d’intimidation et de criminalisation de l'opposition a fonctionné. Dans le même temps, ils ont été aidés par les efforts honteux de l'UE à passer un soi-disant accord concernant les réfugiés avec la Turquie et par la visite de Merkel la semaine avant l'élection. 

A présent, le président Erdogan et l'AKP doivent retourner à la table des négociations. La question kurde doit être résolue pour assurer la paix et la démocratie en Turquie. 
Les députés Martina Michels, Marie-Christine Vergiat, Takis Hadjigeorgiou et Josu Juaristi ont observé les élections dans le district de Diyarbakir au nom du groupe GUE / NGL. 
  La couverture des élections a donné l’impression qu’elles  se sont déroulées de manière pacifique alors qu’elles ont eu lieu dans l’ombre de l’intimidation de policiers lourdement armés, qui étaient présents dans la grande majorité des bureaux de vote visités par la délégation.

 “Les forces de sécurité ont tenté de saisir le  matériel pour réaliser des vidéos et photos de mon collègue basque Josu Juaristi et moi. Mais nous avons insisté sur le fait qu’ils n’avaient pas le droit de prendre notre matériel, qu’ils n’étaient pas à même de surveiller les élections de cette manière et que leur comportement était inadmissible. En fin de compte, nous avons pu garder notre matériel » a rapporté Martina Michels.  
  «Je regrette que la police m’ait refusé l'accès à un bureau de vote, affirmant que seuls les citoyens turcs pouvaient entrer, et que la police ait été présente à l'intérieur de nombreux bureaux de vote. Certaines personnes nous ont dit qu'ils n’iraient pas à voter en raison de la présence de la police anti-terroriste. Nous avons observé ces signes de fraude électorale et nous soutenons l'appel du HDP pour un nouveau décompte “, a déclaré Marie-Christine Vergiat. 
  
  Takis Hadjigeorgiou a pour sa part affirmé : “Le résultat électoral en Turquie est faussé par la peur des citoyens turcs de l'instabilité et de l'effusion de sang qui ont prévalu au cours des derniers mois. Le président Erdogan est maintenant appelé à gérer une situation toxique de division, une situation qu’il a malheureusement contribué à créer ! Je ne crois pas que la Turquie ait un véritable avenir sans résoudre la question kurde! Et je ne sais pas si M. Erdogan trouvera le courage d'établir des compromis nécessaires. S’il le fait, il entrera en collision avec le nationalisme qu’il a nourri. S’il ne le fait pas, le pays connaîtra une nouvelle ère d’effusion de sang! Un mot concernant Chypre. Le résultat électoral supprime le pouvoir des mains de M. Anastasiades et M. Akinci. Plus exactement, il rajoute sur leurs épaules le renforcement nécessaire de leurs responsabilités ».

 Josu Juaristi a commenté : “Les Forces Spéciales de la Police Turque étaient à l'extérieur et même à l'intérieur des bureaux de vote. Les mêmes Forces Spéciales qui ont attaqué et tué le peuple kurde quelques semaines auparavant. Je veux dire que j’ai pu constater l’intimidation et la provocation exercées contre le peuple kurde le jour de l'élection dans le quartier historique de Diyarbakir. Vous ne pouvez pas voter d'une manière libre et démocratique dans ces conditions. Est-ce ce que les États membres de l'Union européenne veulent pour la Turquie et le Kurdistan quand ils soutiennent Erdogan? Sérieusement? Maintenant plus que jamais, les gens dans les régions kurdes ont besoin de notre solidarité et de notre engagement “.

 

 

GUE/NGL Press Contact:

Gay Kavanagh +32 473 84 23 20

Nikki Sullings + 32 483 03 55 75