GUE/NGL
News

Commission must act swiftly against violation of migrant human rights

Two GUE/NGL MEPs took part in a debate today on recent changes to Greek detention law which means asylum seekers can be detained for over 18 months, a clear violation of international law and even the already shameful maximum 18 month limit set by the Return Directive.

Greek GUE/NGL MEP Nikolaos Chountis called for a detailed response from the Commission on the issue and a revision of the Dublin convention, which he described as the heart of the problem.

“You know perfectly well that Greece and other countries take the brunt of migratory flows – solidarity can't just be a word. To address the issue of migration the Greek government has taken inhuman measures like the recent decision on prolonging detention,” he said, calling it a “breach of national and EU law”.

French MEP Marie-Christine Vergiat called the decision a “betrayal of so-called European values”.

“We want clear and stronger condemnation of these decisions from the Commission. It is urgent to avoid a contagious effect. If we are not moving towards real respect of fundamental rights, it is because member states do not want this and only want financial solidarity. The Commission should act as swiftly on this kind of violation as they do on economic matters,” she said.

—————————

En mars, le Conseil d’Etat grec s’est prononcé en faveur d’une prolongation illimitée dans le temps de la rétention des migrants jusqu’à ce qu’ils acceptent leur retour et ce en total violation du droit international et de la déjà, honteuse, durée maximum de 18 mois définie dans la directive retour.

Lors d’un débat sur cette décision, le député européen grec GUE/NGL Nikolaos Chountis a demandé à la Commission une réponse détaillée sur la question et une révision de la Convention de Dublin, qu’il a décrit comme le cœur du problème.

« Vous savez très bien que la Grèce et d’autres pays supportent d’importants flux migratoires – la solidarité ne peut pas être juste un mot. Pour répondre à la question de la migration, le gouvernement grec a pris des mesures inhumaines comme la récente décision sur la prolongation de la détention, “a-t-il dit, la qualifiant de« violation du droit national et de l'Union Européenne ».

Marie-Christine Vergiat, députée européenne française a qualifié la décision de «trahison des valeurs dites européennes”.

“Nous voulons une condamnation claire et forte de ces décisions par la Commission. Il est urgent d'éviter un effet de contagion. Si nous n'avançons pas vers un véritable respect des droits fondamentaux, c'est parce que les États membres ne le veulent pas et ne veulent qu’un soutien financier. La Commission devrait agir plus rapidement sur ​​ce type de violation comme ils le font sur ​​les questions économiques .”

GUE/NGL Press Contacts:
Emily Macintosh +32 470 85 05 08
David Lundy +32 470 85 05 09
Gay Kavanagh +32 473 84 23 20
European United Left / Nordic Green Left
European Parliamentary Group