GUE/NGL
News

CAP reform

AGRICULTURE: Final agreement on greener and fairer CAP
27 June 2013
Agence Europe

SECTORAL POLICIES

Luxembourg/Brussels, 26/06/2013 (Agence Europe) – In Brussels on Wednesday 26 June, the EU institutions finalised the political agreement on the reform of the common agriculture policy (CAP). A greener and fairer CAP, which will make it possible to regulate production, will be set in place from 2014 (2015 for most provisions, notably direct aid).

At around midnight on Wednesday in Luxembourg, the Council agreed on a revised mandate to negotiate the last remaining controversial issues with the Parliament (upper limit and degressivity of direct aid, milk, sugar and powers of the EP and of the Council, cross-cutting regulation, including sanctions in the event of failure to abide by the greening measures). Only Germany and the United Kingdom abstained on the revised mandate concerning the common market organisation (CMO) regulation. The institutions put the finishing touches to these subjects at a trialogue held in Brussels on Wednesday morning and then, during the afternoon, the agriculture committee of the European Parliament (EP) enshrined the agreement on the four regulations reforming the CAP (direct payments, rural development, CMO and cross-cutting regulation).

As things turned out, during the trialogue on Wednesday morning, the Presidency ofn the Council of Ministers stuck to the revised mandate on all points and therefore offered the EP which, to some extent, had a gun to its head, no concessions. The EP recognised that it had secured sufficient progress at the trialogue meetings on Monday. Agricultural issues with a link to the multi-annual financial framework (MAFF) 2014-2020 were not discussed. The Presidency presented a possible area for compromise on degressivity (5% reduction in aid from €150,000).

On sugar, an end to production quotas is planned for 2017, as called for by the Council in March of this year (the EP tried for the end of 2018, but several EU countries were opposed to this). No concessions have been offered to the EP on milk.

As regards the powers of the EP and of the Council on the CMO, no changes have been made from the Presidency's suggestion: Article 43 (2) (providing for EP-Council co-decision) only on reference prices and the opening of intervention prices for the beef and veal sector. On the other CMO measures, authority goes to the Council (setting public intervention or private storage aid, level of aid for distribution programmes for fruit and milk in schools, export refunds, etc).

Here are the details of the main planks of the new CAP post-2013 (most measures will apply in 2015).

Internal convergence. The aim of this must be to ensure, by 2019, that each farmer receives a direct payment at least equal to 60% of the national or regional average. Conversely, better-of farmers should not lose more than 30% of their payment. This convergence would be facilitated by the payment of a “redistributive” payment (additional payment for the first hectares) for the first 30 hectares or for the average surface area of the country's holdings, if this is higher (making at least 50 ha possible in France, for example).

Young farmers. Topped-up direct aid (25% increase in the payment for five years) in favour of young farmers will be obligatory. Up to 2% of the national envelope of direct payments must be earmarked for this measure.

Smallholdings. The simplified regime for smallholdings (which receive less than €1,250) will be optional. The maximum envelope earmarked for this support must not exceed 10% of total direct payments.

Active farmers. The text lays down a short but obligatory negative list of activities considered as non-agricultural (airports, railway services, land used for sports or recreational activities). Each country will have the option of adding to the list.

Greening. 30% of the total direct aid must fulfil three measures favourable to the climate and the environment: presence of area of ecological interest, diversity of crops and keeping permanent pasture land. Greening will apply to holdings of more than 10 ha. The percentage of area of ecological interest will be 5% from 2015 and then 7% in 2017, on the basis of the Commission proposal. It will be the responsibility of the European Commission to draw up the matrix used to define the equivalence between features of the area (trees, hedges etc) and the areas of ecological interest (delegated acts). The areas of ecological interest will apply only to arable land (not to vineyards, crops under water and fruit tree crops).

As regards the issue of double funding, the Commission is proposing to draw up a list of measures which could be funded twice (under agri-environmental measures and under greening). These measures would no longer be funded by rural development, but by the 30% under the green payment.

Coupled aid. Coupled aid can represent 8% of the envelope of the member states which no longer practise this mode of support, and 13% for those which currently apply it, then 2% for protein crops in both cases. There is a Commission declaration on sectors which are not eligible for coupled payments.

Wine. The application period for the new system of planting authorisation will run from 2016 to 2030 and the maximum increase of surface area will be 1% a year.

Rural development. 30% of the funds will be earmarked for environmental protection measures (water, soil, biodiversity etc) and the fight against climate change. This 30% includes aid to natural constraint areas, as of 2018.

MEPs lament absence of agreement on MAFF-related issues

At the extraordinary meeting of the committee on agriculture of the EP, which ended up enshrining the compromise reached, the chairman of this committee, Paolo de Castro (S&D, Italy), admitted that certain subjects were not negotiated as the Council had no mandate. These are the issues related to the multi-annual financial framework of the EU for 2014-2020 (upper limits, degressivity of aid, transfers between pillars).

“We honoured the EP's mandate, which was almost fully respected”, said the rapporteur on rural development and direct payments, Luis Capoulas Santos (S&D, Portugal). He also lamented the fact that the negotiators had not been able to conclude fully as the Presidency had no mandate on the agricultural issues with the link to the MAFF. However, he welcomed the compromise reached on the texts which will, he explained, allow farmers to develop their activities whilst being able to take account of environmental concerns. “We have not swept the greening of aid aside”, he said.

Michel Dantin (EPP, France), the rapporteur on the CMO, said, amongst other things, that “our fight” has been to buoy up producer organisations.

Simon Coveney, the Irish Minister for Agriculture, told the MEPs that work in recent months has been informed by the desire to conclude, as agriculture and the agri-food sector are important sectors. “We have struck a balance on internal convergence, the coupling of aid, milk, wine and sugar… even though the countries had different priorities”, he stressed. Greening, he explained, has been the main political paradigm change of the CAP. The EP has been able to make its mark on the reform, he observed.

Dacian Ciolos, European Commissioner for Agriculture, said that “we have succeeded in taking on board the diversity of EU agriculture thanks to the flexibility and options made available”. Amongst other things, he welcomed “more targeted, fairer and greener” payments. He said that he was very proud of compulsory aid for young farmers under the first pillar (direct aid and market expenditure). “We have found a model of greening which does not penalise those who are already doing a lot for the environment in agricultural production”, said the commissioner. Some NGOs, among them WWF, are disappointed at the compromise reached. WWF argues that the agreement will undermine good farming practices and will continue the decline of environmental quality in rural areas.

Ciolos stated that “we have been able to keep the CAP oriented towards the market, reducing the role of the public authorities and rigid bureaucratic intervention in market management. We have strengthened the role of the farmers and their professional organisations in the management of the markets, in practically all sensitive sectors”. He also welcomed the reinforcement of the crisis management mechanisms.

Speaking on behalf of the EPP, German MEP Albert Dess said that he was “satisfied” with the compromise. “We will have to make do with what we have got”, he added. Luis Manuel Capoulas Santos confirmed that the Social Democrats Group was able to accept the compromise. On behalf of the ALDE group, George Lyon lamented the fact that the Council had chosen not to negotiate the MAFF subjects, describing this as a “slap in the face” for the EP. “Will this agreement prove an incentive to produce more whilst taking account of natural resources? The answer is yes”, he said. The Greens/EFA Group was satisfied with the results on the second pillar (rural development) and on coupled aid for protein plants (+2%), but disappointed on milk and optional aid to smallholdings. José Bové (Greens/EFA, France) said: “I am sad, the planned CAP reform has unravelled, it will be the Council's fault if the CAP is re-nationalised”. The GUE/NGL said that the results will be evaluated by the farmers and lamented the lack of equity between farmers as regards first pillar issues.

This agreement “will put an end to the uncertainty facing European farmers and will allow them to carry out their investment projects. But, facing increasingly present challenges such as growing food demand, which is set to increase by 70% by 2050, we lament the fact that they did not go further to reinforce the economic role of farmers and agricultural cooperatives which produce quality foodstuffs”, said the presidents of COPA and COGECA.

AGRICULTURE: accord final sur une PAC plus verte et plus équitable
27 June 2013
Agence Europe

POLITIQUES SECTORIELLES

Luxembourg/Bruxelles, 26/06/2013 (Agence Europe) – Les institutions de l'UE ont finalisé, mercredi 26 juin à Bruxelles, un accord politique sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Il s'agit de mettre en place dès 2014 (2015 pour la plupart des dispositions, notamment les aides directes) une PAC plus verte, plus équitable et permettant de réguler la production.

Le Conseil s'est mis d'accord à Luxembourg, mercredi vers minuit, sur un mandat révisé pour négocier avec le Parlement sur les derniers sujets conflictuels (plafonnement et dégressivité des aides directes, lait, sucre et pouvoirs du PE et du Conseil, règlement horizontal, dont les sanctions en cas de non respect des mesures de verdissement). Seuls l'Allemagne et le Royaume-Uni se sont abstenus sur le mandat révisé concernant le règlement organisation commune de marché (OCM). Les institutions ont finalisé les débats sur ces sujets lors d'un trilogue mercredi matin à Bruxelles, puis la commission agriculture du PE a, dans l'après-midi, entériné l'accord sur les quatre règlements réformant la PAC (paiements directs, développement rural, OCM et règlement horizontal).

En réalité, lors du trilogue de mercredi matin, la présidence a respecté en tous points le mandat révisé et n'a donc offert aucune concession au PE, lequel avait en quelque sorte le couteau sous la gorge. Le PE a admis avoir obtenu des avancées suffisantes lors des trilogues de lundi. Les sujets agricoles liés au cadre financier pluriannuel (CFP) 2014-2020 n'ont pas été évoqués. La présidence a présenté une piste possible de compromis sur la dégressivité (baisse de 5% des aides à partir de 150 000 euros).

Sur le sucre, il est prévu une fin des quotas de production en 2017, comme prévu par le Conseil en mars dernier (le PE a essayé d'arracher la fin en 2018, mais plusieurs pays de l'UE étaient contre). Aucune concession n'a été offerte au PE sur le lait.

Sur les pouvoirs du PE et du Conseil dans l'OCM, il n'y a aucun changement par rapport à l'offre de la présidence: article 43 (2) (prévoyant codécision PE/Conseil) uniquement sur les prix de référence et l'ouverture des prix d'intervention pour le secteur du bœuf et du veau. Sur les autres mesures de l'OCM, le pouvoir revient au Conseil (fixation de l'intervention publique, ou de l'aide au stockage privé, montant de l'aide pour les programmes de distribution de fruits ou de lait dans les écoles, restitutions à l'exportation…).

Voici le détail des principaux volets de la nouvelle PAC post-2013 (la plupart des mesures s'appliqueront en 2015).

Convergence interne. Elle doit avoir pour objectif d'assurer d'ici à 2019 à chaque exploitant un paiement direct au moins égal à 60% de la moyenne nationale ou régionale. À l'inverse, les agriculteurs mieux lotis ne devraient pas perdre plus de 30% de leur paiement. Cette convergence serait facilitée par le versement d'un paiement « redistributif » (surprime pour les premiers hectares) pour les 30 premiers hectares ou pour la superficie moyenne des exploitations du pays, si elle est supérieure (ce qui permettrait d'atteindre au moins 50 ha par exemple en France).

Jeunes agriculteurs. L'aide directe majorée (hausse de 25% du paiement pendant cinq ans) en faveur des jeunes agriculteurs sera obligatoire. Il faudrait réserver à cette mesure jusqu'à 2% de l'enveloppe nationale des paiements directs.

Petites exploitations. Le régime simplifié pour les petits exploitants (qui perçoivent moins de 1 250 euros) sera facultatif. L'enveloppe maximale destinée à ce soutien ne devrait pas dépasser 10% des paiements directs totaux.

Agriculteur actif. Le texte prévoit une liste négative courte, mais obligatoire, d'activités considérées comme non agricoles (aéroports, services ferroviaires, terres destinées aux activités sportives ou récréatives). Chaque pays aura la possibilité de compléter la liste.

Verdissement. 30% du total des aides directes devront respecter trois mesures favorables au climat et à l'environnement: présence de surfaces d'intérêt écologique (SIE), diversité des assolements (cultures) et maintien des prairies permanentes. Le verdissement s'appliquera aux exploitations de plus de 10 ha. Le pourcentage de surface d'intérêt écologique sera de 5% dès 2015 puis 7% en 2017, sur base d'une proposition de la Commission. L'élaboration de la matrice définissant l'équivalence entre éléments du territoire (arbres, haies…) et les SIE serait du ressort de la Commission européenne (actes délégués). La SIE ne s'appliquerait que sur les terres arables (pas sur les vignes, les cultures sous eaux et les cultures d'arbres fruitiers).

Sur le problème du double financement, la Commission propose de dresser une liste des mesures qui risquent d'être financées deux fois (au titre des mesures agroenvironnementales et au titre du verdissement). Ces mesures ne seraient plus financées par le développement rural mais par les 30% du paiement vert.

Aides couplées. Les aides couplées pourront représenter 8% de l'enveloppe des États membres qui ne pratiquent pas ou plus ce mode de soutien, et 13% pour ceux qui l'appliquent actuellement, plus 2% pour les cultures protéiques dans les deux cas. Il y a une déclaration de la Commission sur les secteurs qui ne sont pas éligibles aux paiements couplés.

Vin. La période d'application du nouveau système d'autorisation des plantations irait de 2016 à 2030 et l'accroissement maximal des superficies serait de 1% par an.

Développement rural. 30% des fonds devront être consacrés à des mesures de protection de l'environnement (eau, sol, biodiversité…) et de lutte contre le changement climatique. Dans ces 30% sont comprises les aides pour les zones à contraintes naturelles, à partir de 2018.

Les parlementaires regrettent l'absence d'accord sur les sujets liés au CFP

Lors de la réunion extraordinaire de la commission de l'agriculture du PE, qui a finalement entériné le compromis atteint, le président de cette commission, Paolo de Castro (S&D, Italie), a admis que certains sujets n'ont pas été négociés car le Conseil n'était pas mandaté. Il s'agit des sujets liés au cadre financier pluriannuel de l'UE pour 2014-2020 (plafonnement, dégressivité des aides, transferts entre piliers).

« Nous avons honoré le mandat du PE, qui a été presque totalement respecté », a estimé le rapporteur sur le développement rural et les paiements directs, Luis Capoulas Santos (S&D, Portugal). Il a regretté lui aussi que les négociateurs n'aient pas pu conclure totalement car la présidence n'a pas été mandatée sur les sujets agricoles liés au CFP. Il a toutefois salué le compromis atteint sur les textes qui permettra, selon lui, aux agriculteurs de développer leurs activités tout en tenant compte des préoccupations environnementales. « Nous n'avons pas balayé d'un revers de la main le verdissement des aides », a-t-il notamment déclaré.

Michel Dantin (PPE, France), le rapporteur sur l'OCM, a dit notamment que « notre combat » a été de renforcer l'organisation des producteurs.

Simon Coveney, le ministre irlandais de l'Agriculture, a déclaré devant les députés que le travail de ces derniers mois a été mû par la volonté d'aboutir car l'agriculture et le secteur agroalimentaire sont des secteurs importants. « Nous avons trouvé un point d'équilibre sur la convergence interne, le couplage des aides, le lait, le vin et le sucre…même si les priorités des pays étaient différentes », a-t-il souligné. Le verdissement constitue selon lui le principal changement de paradigme politique de la PAC. Le PE a pu imprimer sa marque dans la réforme, a-t-il noté.

Dacian Ciolos, le commissaire européen à l'Agriculture, a estimé que « nous avons réussi à prendre en compte la diversité de l'agriculture de l'UE grâce aux flexibilités et options offertes ». Il a salué notamment des paiements « plus ciblés, plus justes, plus verts ». Il s'est dit très fier de l'aide obligatoire pour les jeunes agriculteurs dans le 1er pilier (aides directes et dépenses de marché). « Nous avons trouvé un modèle de verdissement qui ne pénalise pas ceux qui font déjà beaucoup pour l'environnement dans la production agricole », a soutenu le commissaire. Certaines ONG, comme le WWF, se montrent déçues du compromis atteint. Selon le WWF, l'accord va porter préjudice aux bonnes pratiques agricoles et ne va pas mettre un terme à la dégradation de la qualité environnementale dans les zone rurales.

M. Ciolos estime que « nous avons pu maintenir l'orientation de la PAC vers le marché, en réduisant le rôle des autorités publiques et de l'intervention bureaucratique et rigide dans la gestion des marchés. Nous avons renforcé le rôle des agriculteurs et de leurs organisations professionnelles dans la gestion de marchés, et ce dans pratiquement tous les secteurs sensibles ». Il a salué aussi le renforcement des mécanismes de gestion des crises.

L'Allemand Albert Dess, au nom du PPE, s'est dit « satisfait » du compromis. « Faute de grives on mange des merles », a-t-il toutefois dit. M. Capoulas Santos a confirmé l'acceptation du compromis par le groupe des sociaux-démocrates. George Lyon, au nom du groupe ADLE, a déploré que le Conseil n'ait pas voulu négocier sur les sujets liés au CFP. Il a parlé d'une « gifle » pour le PE. « Cet accord incite-t-il à produire plus tout en tenant compte des ressources naturelles? La réponse est oui », a-t-il dit. Le groupe des Verts/ALE s'est montré satisfait des résultats sur le deuxième pilier (développement rural) et sur les aides couplées pour les protéines végétales (+2%) mais déçu sur le lait et l'aide facultative en faveur des petites exploitations. José Bové (Verts/ALE) a déclaré: « Je suis triste, le projet de réforme de la PAC a été détricoté, c'est la faute du Conseil si la PAC est renationalisée. » Le groupe GUE/NGL a dit que le résultat sera évalué par les agriculteurs, et a regretté le manque d'équité entre agriculteurs s'agissant du 1er pilier.

Cet accord « mettra un terme aux incertitudes auxquelles sont confrontés les agriculteurs européens et leur permettra de mener à bien leurs projets d'investissement. Mais face aux défis toujours plus présents tels que la demande alimentaire croissante, qui devrait augmenter de 70% d'ici 2050, nous déplorons que l'on n'ait pas été plus loin pour renforcer le rôle économique des agriculteurs et des coopératives agricoles, qui produisent des denrées alimentaires de qualité », ont indiqué les présidents du COPA et de la COGECA.